samedi, juillet 31, 2021
More

    El melhfa, tenue des femmes du Sahara

    Long et large voile que les femmes du Sud-Ouest algérien enroulent sur elles à la manière du haïk, « El melhfa » redevient à la mode ces derniers temps y compris chez les jeunes filles qui l’arborent comme le signe d’un retour déterminé aux habits traditionnels.

    Cet effet vestimentaire très ancien, long généralement de 4 mètres et large d’environ 1,5 m, est nettement dominant à Tindouf et dans les régions du Touat et de Gourara, mais aussi dans les lointaines Adrar, Reggane ou encoure Ain Sefra. Il revient comme un sérieux concurrent de la djellaba ou du hijab, après l’abandon définitif du haïk, l’autre voile séculaire.La « melhfa », qui ressemble, à s’y méprendre, au sari indien, se caractérise par sa grande variété. Il y a celles simples que l’on consacre aux jours ordinaires et celles que l’ont ne sort que pour les grandes occasions familiales ou religieuses et qui se distinguent par leur différents tons et couleurs ainsi que par un certain raffinement.Cet habit, qui protège à la fois du froid et de la chaleur, se porte toute l’année, par les jeunes et moins jeunes femmes, chacune selon son style, sa préoccupation du moment ou, plus simplement, son goût.

    Il va sans dire que les plus jeunes préfèrent les couleurs les plus vives et les plus attrayantes, celles qui, croient-elles, les feraient immanquablement sortir du lot.

    Par le passé, dames et jeunes filles du sud-ouest portaient une tenue unique : une large gandoura (abaya), composée de deux pièces en deux couleurs, le bleu et le noir. Désormais, dès qu’elles atteignent leur majorité, les jeunes filles portent la « melhfa » et la gardent pour toujours.

    Dans l’ensemble, il n’existe pas de différence majeure dans la façon de porter cet habit. La seule différence réside dans le type de tissu utilisé pour sa fabrication. Aujourd’hui, il existe sur le marché local différentes sortes de tissus et de très haute qualité. Cependant, on constate, selon plusieurs couturières de Bechar, des nouveautés dans la fabrication des « Mlahef » introduites en fonction de l’évolution des goûts. A l’évidence, les goûts des jeunes filles de vingt ans ne sont pas ceux d’une dame de la soixantaine.

    Le retour à cet habit traditionnel favorise, par conséquent, le développement de sa fabrication. Il symbolise également un attachement aux us et coutumes, de même qu’il met en exergue la richesse et la diversité du patrimoine culturel et social local.

    Il y a lieu de citer également le vêtement traditionnel « Izar », une sorte de robe large, sans voile avec ou sans manches suivant les saisons, de même que les tuniques composées d’une chemise et d’un long pantalon de différentes couleurs vives, ainsi que bien d’autres robes de cérémonie.

     

    Source : Aps

    Other Articles

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    spot_imgspot_img